Le monde de Belissor
Accueil du site > Sur les Chemins de Belissor > Sur les routes de Compostelle > Pèlerinage de Paris vers Compostelle > 2009 - De Paris à Meung-sur-Loire > De Saint-Sulpice de Favières à Etampes

De Saint-Sulpice de Favières à Etampes

Samedi 8 août 2009

Pour revenir à la page précédente...

Lever matinal. Je me prépare et pars vers 7h. Tout est silencieux. Une Soeur me salue de la main. Une bénédiction pour ma journée de pèlerin.


Les picotements d’hier aux pieds étaient en fait des ampoules en formation. Après la douche, poser le pied par terre était tout à fait pénible et je me demandais bien ce que cela allait donner au matin...

JPEG - 98.4 ko

La route monte dans un espace boisé. Il fait frais. C’est agréable. Mes deux pieds me font mal et je m’applique surtout à marcher franchement sans essayer d’esquiver la douleur.

JPEG - 48.9 ko

Je sais qu’il me faut éviter de prendre des positions qui pourraient devenir d’autres douleurs plus sérieuses dans le dos et dans les jambes. Avancer. Sans se poser de questions. La route va à travers champs. Je vois "loin". C’est plaisant.

JPEG - 71.5 ko

Premier village : Chauffour-les-Etrechy. Il est comme inanimé. Mais il est vrai qu’il est tôt encore...

JPEG - 53 ko

Quelques joggeurs me dépassent dans un sens et dans l’autre sur la route d’Etrechy. J’ai souvenir d’avoir visité cette belle petite église dans le passé. "Revenez en été, m’avait dit la dame qui y faisait une permanence, vous verrez comme les couleurs dansent ! C’est magnifique !" Ce matin, je passe trop tôt pour les couleurs mais l’enthousiasme de cette dame à parler de son église chante encore dans mon oreille. Arrêt à la pharmacie pour acheter de quoi soigner mes pieds et petit café rituel !

JPEG - 96 ko

Plus loin, lors d’un nouveau passage en forêt dans laquelle le guide que j’ai en main me fait suivre une route, je m’assieds dans une clairière haute pour soigner mes ampoules. Je vais enlever ma chaussure quand une voiture se range. Personne ne descend. J’attends aussi. Ce n’est peut-être pas le moment de me retrouver pieds nus...

Une seconde voiture se gare à côté. Les occupants des deux voitures descendent de concert et partent en promenade. Je délasse mes chaussures rassurée. Effectivement, moi qui n’ai jamais eu d’ampoules lors de mes 500 km sur la route du Puy, me voilà servie !!!

Au moment de repartir, j’avise un gros chien qui arrive seul dans ma direction. Aïe ! Je n’aime guère cela non plus ! Ouf, il est suivi par son maître qui m’assure que le plus peureux des deux est certainement le chien ! Je reprends la route.

JPEG - 85.6 ko

Passage par des sentiers bordés de haies au milieu des cultures. Voilà une nouvelle mention du GR 655 de Saint-Jacques !

JPEG - 41.7 ko

Arrosage tournant ! Attention... Bien observer le système de rotation en s’approchant pour ne pas être trempée ;-) C’est bon pour celui-là !

JPEG - 96.9 ko

Ceux qui balisent le GR 655 savent-ils quel réel réconfort procure au pèlerin la vue de la coquille stylisée de Compostelle ? Pour ma part, je ne m’en lasse pas ;-)

JPEG - 146 ko

Nouveau passage en forêt. C’est vraiment agréable ce matin en comparaison avec les deux derniers jours. Je vois des lapins et des lièvres qui courent partout !

JPEG - 97.5 ko

Et même des chevreuils lorsque les champs jouxtent des parties boisées. Quel spectacle !

JPEG - 88.7 ko

Voilà que se profile déjà l’église de Brières-les-Scellés. Dommage, elle est fermée ! Mais sur sa porte, je lis les horaires d’ouverture des quatre belles églises d’Etampes. Avec un peu de chance, je pourrais arriver avant la fermeture de l’église Notre-Dame ! Lors d’un passage en voiture, je n’avais pu visiter que l’église Saint-Martin. Ce n’était pas le bon jour pour les autres... Allez hop ! Je redouble le pas !

Mais c’était compter sans les impressionnants aboiements que j’entends avant de pénétrer dans cette nouvelle forêt. Mon imagination aidant, je me vois déjà, tel un gibier, entourée de crocs menaçants.

J’avise deux hommes qui discutent devant un entrepôt de ferrailleur. Mais non ! Que je me rassure ! Les chiens sont enfermés ! Soulagement... Et nous voilà partis à discuter de pèlerinage et des temps modernes et des églises fermées et de l’Eglise qui n’est plus ce qu’elle était "dans notre jeunesse"... Intéressant et fort sympathique moment d’échanges. Tant pis pour la visite de l’église d’Etampes. Une rencontre comme ça, ça ne s’esquive pas !

JPEG - 83.3 ko

Tiens ! En forêt, voici une "pub" pour un gîte ! Je n’avais pas encore vu cela depuis Paris. Je ne connaissais pas ce gîte, mais j’avoue qu’a priori cela ne m’inspire pas confiance. Je suis seule et je préfère la sécurité d’un hôtel pour Etampes.

JPEG - 51.1 ko

Au sortir de la forêt, c’est une longue route qui s’étire vers les quartiers hauts d’Etampes.

JPEG - 74.6 ko

Premier carrefour urbain. Il est encore tôt. Un peu plus de midi et je suis contente d’arriver déjà !

JPEG - 129.3 ko

Un petit sentier goudronné s’enroule autour de la Tour Guinette et descend vers la gare.

JPEG - 72.9 ko
L’église Saint-Basile d’Etampes

La première église rencontrée est celle de Saint-Basile. Elle est fermée. Je la contourne pour chercher Notre-Dame. Je suis très en retard sur l’heure de fermeture mais qui sait ?

JPEG - 65.4 ko
L’église Notre-Dame d’Etampes

Ah ! La voilà ! Oh ! La porte est entr’ouverte ! Quelle belle surprise ! J’ai bien fait de foncer ici directement !

JPEG - 72.1 ko
Dans l’église Notre-Dame d’Etampes

C’est une belle pause et ce lieu est magnifique ! Il mériterait une visite bien plus approfondie que celle que je fais là... Je me promets de revenir un jour pour mieux regarder les décors d’inspiration celtique, le vitrail des Sybilles et le tableau des céphalophores qui m’a tant intriguée...

JPEG - 75 ko

La personne qui assure la permanence m’accueille très gentiment et m’invite à regarder sur le panneau : il y a un numéro de téléphone pour les pèlerins. "Accueil" : cela veut tout et rien dire. Et puis, à nouveau, je ne veux pas prendre le risque de faire confiance sans savoir où je débarque. Je m’en tiendrai donc à ma réservation d’hôtel.

JPEG - 69.9 ko

C’est la fin du marché et j’achète deux pilons de poulets, un avocat et quelques prunes soldées. Je pique-nique sur un banc près de l’office de tourisme. Là, on m’indique ensuite le chemin à suivre pour me rendre à mon hôtel. Je comprends vite qu’il n’est pas tout près...

En effet, il est à l’extérieur de la ville au bord de la nationale ! Nous sommes samedi et presque tout est réservé pour un mariage. L’accueil du seul hôtel d’Etampes est froid et mercantile. L’homme qui tient la réception me regarde à peine et m’envoie vers ma chambre sous les combles. Elle n’est pas faite lorsque j’arrive et j’attends que les femmes de chambre, confuses et charmantes, ne règlent la question.

Mes ampoules ont doublé de volume. J’ai bien mis des Compeed, mais elles trouvent le moyen de continuer à se développer en fuyant vers l’extérieur du pansement. Tout cela n’est pas très joli et il me semble que cela fait plus mal encore après la douche !!!

JPEG - 58.9 ko
L’église Saint-Gilles d’Etampes

J’ai vu qu’il y avait visite et messe en fin d’après-midi à l’église Saint-Gilles. Je rechausse donc mes godillots pour retourner en ville. En attendant l’ouverture, je fais des courses. Nous sommes samedi et ni demain ni après-demain soir je n’aurai de repas avec le logement. Il me faut donc inventer deux dîners légers et deux pique-niques pour les midis... en faisant très attention au poids de l’ensemble !

JPEG - 70.4 ko
Dans l’église Saint-Gilles d’Etampes

Avant la messe, je demande un tampon pour ma crédenciale et le prêtre me présente un pèlerin d’Etampes qui a fait le Chemin du Puy avec son épouse. C’est lui qui s’occupe du gîte dont j’ai vu mention plusieurs fois dans la journée. Le gîte est situé au presbytère.

JPEG - 73.4 ko
Gîte d’Etampes au presbytère
18, rue Evezard

Plus tard, je me demande pourquoi ce gîte paroissial n’est pas annoncé comme tel... Sans doute aurais-je été plus confiante ! Mais c’est un début, il n’est ouvert que depuis quelques temps et sans doute sera-t-il mieux mis en valeur par la suite !

Retour sous mes combles après un repas agréable dans un petit restaurant de la rue Evézard. Les patrons sont charmants et il est manifeste que l’on m’a fait un repas et un prix "pèlerin". J’entends par là : ration copieuse et petite addition ! Merci ;-) [1]

Cette fin de journée dans mes souliers n’a pas arrangé mes pieds. Sur les conseils d’un pharmacien, je décide d’enlever les Compeed, de percer et vider les ampoules puis de remettre des Compeed. J’espère que rien ne va s’infecter ! Bon ! On verra bien demain !

Pour lire la suite de ce récit...

Cette page a déjà été visitée 1552 fois.

P.-S.

Toutes les photos ont été prises pendant le pèlerinage.

Notes

[1] Je recommande donc "Le jardin d’Evezard" au numéro 3 de la rue du même nom !




| Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | | Espace privé | SPIP | squelette |