Le monde de Belissor
Accueil du site > Dates historiques > 19e siècle > "Révélation" de la médaille miraculeuse

"Révélation" de la médaille miraculeuse

27 novembre 1830

"Le 27 novembre 1830, qui était un samedi et la veille du premier dimanche de l’Avent, à cinq heures et demie du soir, faisant la méditation dans un profond silence, j’ai cru entendre, du côté droit du sanctuaire, comme le bruit d’une robe de soie. J’aperçus alors la Sainte Vierge auprès du tableau de saint Joseph ; sa taille était moyenne et sa figure si belle, qu’il me serait impossible d’en décrire la beauté. Elle était debout, vêtue d’une robe blanc-aurore, de la forme qu’on appelle " à la Vierge ", c’est-à-dire montante et à manches plates.


La tête était couverte d’un voile blanc qui descendait de chaque côté jusqu’aux pieds. Elle avait les cheveux en bandeaux, et, par-dessus, une espèce de serre-tête garni d’une petite dentelle posée à plat sur les cheveux. La figure était assez découverte, et les pieds reposaient sur un globe, ou mieux, une moitié de globe ; du moins, je n’en vis que la moitié. Ses mains, élevées à la hauteur de la poitrine, tenaient d’une manière très aisée un autre globe. Elle avait les yeux élevés vers le ciel, et sa figure s’illumina pendant qu’elle offrait le globe à Notre Seigneur.

Tout à coup, ses doigts se sont remplis d’anneaux et de pierres précieuses très belles ... Les rayons qui en jaillissaient se reflétaient de tous côtés, ce qui l’enveloppait d’une telle clarté, que l’on ne voyait plus ni ses pieds, ni sa robe. Les pierreries étaient plus ou moins grosses, et les rayons qui en sortaient étaient proportionnellement plus ou moins éclatants. Je ne saurais dire ce que j’éprouvai, ni tout ce que j’ai appris en si peu de temps. Comme j’étais occupée à la contempler, la Sainte Vierge abaissa les yeux sur moi et une voix me dit au fond du coeur : Ce globe que vous voyez représente le monde entier et particulièrement la France et chaque personne en particulier.

Et la Sainte Vierge ajouta : Voilà le symbole des grâces que je répands sur les personnes qui me les demandent, me faisant entendre ainsi combien elle est généreuse envers ceux qui la prient. Dans ce moment, j’étais ou je n’étais pas ... je ne sais ... je jouissais ! Il se forma alors, autour de la Sainte Vierge, un tableau un peu ovale, sur lequel on lisait, écrites en lettres d’or, ces paroles : O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous.

Alors une voix se fit entendre qui me dit : faites, faites frapper une médaille sur ce modèle, toutes les personnes qui la porteront recevront de grandes grâces ; en la portant au cou, les grâces seront abondantes pour les personnes qui la porteront avec confiance. A l’instant le tableau m’a paru se retourner où j’ai vu le revers de la médaille ; inquiète de savoir ce qu’il fallait mettre du côté du revers de la médaille, après bien des prières, un jour, dans la méditation, il m’a semblé entendre une voix qui me disait : l’M et les deux coeurs en disent assez."

Ce texte est le récit par Catherine Labouré de l’apparition qui fut la sienne ce jour-là en son couvent de la Compagnie des Filles de la Charité, rue du Bac à Paris.

Pour en savoir plus : http://www.chapellenotredamedelamed...

Cette page a déjà été visitée 1164 fois.




| Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | | Espace privé | SPIP | squelette |